livres/Lady Sings the Blues

15 février 2019 Rédigé par Linuxine

★★★★☆

Auteur : Billie Holliday, Ed. Parenthèses
Lu du 27 au 31 décembre 2018

Encore un livre qui était sur ma liste de lecture car conseillé par Juliette Arnaud sur France Inter, et que j'ai donc emprunté dès mon inscription à la Médiathèque. Il s'agit de l'autobiographie de Billie Holliday, l'une des plus grandes chanteuses de Jazz.

Et c'est peu dire que sa vie n'a pas été facile ! Ses parents, issus tous deux de familles modestes, étaient encore adolescents quand elle est née, à Philadelphie, ce n'était donc pas l'oppulence. Son père est parti très vite de la maison, elle aide sa mère, femme de ménage, en faisant elle-même des ménages, très jeune.  Agressée sexuellement à l'age de 10 ans,  lorsque la police est intervenue, c'est tout d'abord elle qui a été accusée de racolage, et emprisonnée en même temps que son agresseur...  Placée dans des institutions, battue par sa tante, obligée de se prostituer à 13 ans... que du bonheur on vous dit ! Elle fera même un séjour en prison pour femme, qui la marquera beaucoup.

Heureusement, Billie adorait chanter, depuis toute petite, et avait une voie exceptionnelle. A force de persévérance, et grâce à son talent, elle va devenir une des chanteuses de Jazz les plus célèbres du monde. Elle fréquentera des clubs prestigieux, des musiciens célèbres, le gratin d'Hollywood... tout en ne faisant pas du tout fortune, car à l'époque, les artistes n'étaient pas très bien rémunérés, par exemple, ils ne percevaient aucun droit sur les disques vendus. Et encore moins les artistes noirs ! Car il est une constante dans son livre : le racisme, contre lequel elle a dû se battre toute sa vie. Pas facile d'être une femme noire dans l'Amérique des années 30 et 40, surtout lorsqu'on va faire des tournées dans le Sud ! 

Mais une fois arrivée à la notoriété, Billie va devoir encore se battre, cette fois-ci contre l'addiction à l'héroïne, à laquelle elle a été initiée par son premier mari, et qui va finir par la renvoyer en prison. Elle le dit plusieurs fois dans le livre, tant qu'elle était droguée, tout le monde la laissait en paix, mais lorsqu'elle a décidé d'arrêter, non seulement personne ne l'a aidée, mais on l'a arrêtée et jetée en prison. Elle insiste dans le livre sur l'importance de ne pas commencer la drogue et comment cela a détruit sa vie. Elle semble avoir très mal vécu ce deuxième séjour en prison, qu'elle considère comme une injustice (elle estime que son arrestation en possession de drogue était un coup monté).

Son destin apparaît donc vraiment tragique. Mais elle le raconte avec une telle énergie, une telle gouaille on pourrait dire, et elle parvient si bien à nous communiquer son amour de la musique, qu'on arrive à se réjouir avec elle des rares moments de bonheur qu'elle nous décrit, de sa joie de se produire devant un public, des moments de grâce lorsqu'elle chante et que toute la salle retient son souffle... Ce qui explique que j'ai lu ce livre en seulement 4 jours ! 😉

1 commentaire

#1 

Et bin. Quelle vie. Et c'est pratique la bibliothèque car ce n'est pas un livre que tu vas relire. J'ai hâte que la médiathèque soit construite dans notre rue. Commentaire de MF

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire