Archive for Nature

NatureGain de place

Le mois dernier, le bouton de ma machine Magimix “Expresso & Filtre” s’est encore cassé. Pour rappel, je m’étais acheté cette machine en 2013, j’avais même fait un post :
magimix

Peu de temps après l’achat, le bouton poussoir avait cassé. Je l’avais donc rapportée chez Darty, pour le changer, et j’avais passé deux semaines sans machine. Quelques mois après la fin des deux ans de garantie, comme par hasard, rebelote… J’avais trouvé un site de pièces détachées, et j’en avais eu pour une vingtaine d’euros, tout de même, avec les frais de port. Ça fait un peu cher le bout de plastique… qui a donc fini par casser lui aussi.
Lire la suite

NatureWhynote, le bloc note réutilisable

Cela fait plusieurs mois maintenant que je ne sors plus sans mon Whynote dans mon sac. Qu’est ce que le Whynote ? C’est tout simplement un bloc note, mais qu’on peut effacer et réécrire à volonté; comme une sorte de mini tableau blanc.
Lire la suite

NatureElles sont belles, mes SHL

Attention, une fois n’est pas coutume, un post plutôt sexiste, puisqu’il ne va pas beaucoup concerner les hommes : on va parler de SHL, ou Serviettes Hygiéniques Lavables ! Car ça y est, en complément de ma cup, j’ai sauté le pas : fini le plastique plus ou moins rempli de pesticides et autres perturbateurs endocriniens au contact de mon intimité ! Place au bambou et au coton !
Lire la suite

NatureA little Market, un Etsy à la française

En cherchant des alternatives zéro-déchet à mes produits quotidiens, je suis tombée par hasard sur un site qui m’a assez enthousiasmée pour avoir droit à son post : alittleMarket.com, un site entièrement dédié aux créateurs d’objets faits main. Pour ceux qui connaîtraient, il s’agit en fait d’un équivalent d’Etsy, c’est à dire un site “place de marché”, qui permet d’acheter directement auprès de créateurs des objets de tout type : déco, vêtements, meubles, vaisselle, et j’en passe !

Contrairement à Etsy, donc, alittleMarket est un site français, et il ne regroupe que des créateurs produisant en France. Pour acheter plus local, ça parait un bon début ! On y trouve vraiment de tout ; je ne suis pas encore allée voir toutes les sections, je me suis surtout intéressée à la section textile : j’ai trouvé une super créatrice d’objets de toilette en bambou, Bambethic, et aussi une jolie boutique qui fabrique des mouchoirs en tissus tels que ceux sur la photo ci-contre.

Il y a plein d’articles textiles sympa pour les gens comme moi qui voudraient remplacer leurs objets jetables par des durables, mais qui n’ont ni machine à coudre ni temps à consacrer à leur élaboration. Tout est fait main, donc il n’y a souvent qu’un article disponible de chaque sorte, assurance de trouver des choses originales. Les tarifs sont plutôt raisonnables, et les frais de port aussi, et en plus l’expédition est rapide, en petite enveloppe qui passe dans la boite aux lettres… que demander de plus ! Je vous invite à aller y faire un tour, je suis sure que vous y trouverez votre bonheur !

NatureLe retour des mouchoirs en tissus

Dans le cadre d’une démarche de réduction des déchets, un élément à prendre en compte est sa consommation de mouchoirs en papiers. Personnellement, j’en utilise pas mal, surtout dans ma salle de bain, dès que j’ai besoin de me passer quelque chose sur le visage, ramasser les cheveux dans la baignoire, etc.

Selon Consoglobe, “le mouchoir en papier est vendu à presque 300 milliards d’exemplaires par an aux Etats-Unis et près de 20 milliards en France.” Ça en fait des arbres coupés… Car oui, ils ne sont pas fait en papier recyclé, il parait que ça n’a pas l’air assez doux pour le consommateur. Sachant que pour produire une tonne de papier, il faut entre 100 et 200 tonnes d’eau… et qu’ils sont blanchis au chlore, ce qui, outre que c’est extrêmement polluant, peut-être source d’allergie, et surtout empêche leur compostage. Bref, ça commence à faire beaucoup de points négatifs, surtout pour un objet qui, somme toutes, est la plupart du temps jeté quelques secondes après être sorti de son paquet…

Alors oui, je vous vois déjà faire la moue “oui, mais les mouchoirs en tissu, c’est dégoûtant” . Utilisés pendant des centaines d’années (bin oui, les mouchoirs en papier ont fait leur apparition seulement à la fin du XIXème siècle), les mouchoirs en tissus sont, il est vrai, tombés en désuétude, et trimballent une image d’objet vieillot, au mieux, et non hygiénique, au pire. Il est vrai aussi qu’il n’est pas conseillé d’en utiliser en cas de gros rhume, parce que là ça reviendrait à cultiver les microbes dans sa poche. Mais pour tous les autres cas (petite goutte au nez, poussière dans l’oeil, etc), quel bonheur de pouvoir sortir un joli mouchoir et de pouvoir le réutiliser ! Et une fois passés en machine à 90 ou 60°C, il n’y a aucun souci d’hygiène, je vous rassure.

Car oui, vous l’aurez compris, je teste actuellement leur utilisation (hors rhume, donc, question d’hygiène). J’ai dans mon sac un paquet de mouchoirs papier, et dans ma poche un mouchoir en tissu, pour tester. Il faut dire que j’ai découvert, par hasard sur Amazon, une start’up française avec un projet original : “Merrysquare, les carrés textiles singuliers”, qui ne veut rien moins que réhabiliter le mouchoir en tissu !

Allez voir leur site, et dites moi si ça ne vous fais pas envie ! Ils ont vraiment de très jolis tissus. En plus ils sont basés dans le Nord, près de Lille, donc forcément ils me sont sympathiques 😉

NaturePasser du jetable au durable

Depuis quelques mois, je me suis engagée dans une démarche pour essayer de réduire mes déchets, et remplacer tant que faire se peut des objets jetables de la vie de tout les jours par des équivalents réutilisables. Et tant qu’à faire, par des équivalents bio, ou bons pour la planète ! J’ai commencé par la pièce dans laquelle je dois passer le plus de temps, à savoir, la salle de bain, et une autre qui génère pas mal de déchets, à savoir, la cuisine. Je vous propose ici le détail de mes avancées, avec les top, les bof et les flops !
Lire la suite

NatureLe Nigari, mon nouveau meilleur ami

En farfouillant dans le rayon compléments alimentaire de mon site de courses bio préféré, je suis tombée par hasard sur un article dont la description a attiré mon regard : du chlorure de magnésium gemme, ou Nigari.
nigari-ardoise
Etant en déficit de magnésium chronique (comme 75% de la population environ, si on en croit le site lanutrition.fr), je prends tous les matins mes gélules d’oxyde de magnésium. Je les achète en pharmacie, et même si j’ai la chance d’en avoir une pas trop chère, à 6€ environ la boite de 26g, ce n’est vraiment pas donné (ça fait tout de même environ 230€ du kilo). Donc lorsque j’ai appris que le Nigari pouvait être utilisé pour préparer de l’eau magnésienne, ça m’a tout de suite intéressée… surtout que le Nigari est vendu, lui, 6€ le kilo. Et sachant qu’une boite de gélules me tient environ 1 mois, et qu’au bout d’un mois d’essai, je n’ai pas encore fini mon sachet de 150g de Nigari, on voit tout de suite le potentiel économique de la chose !

Mais le Nigari, qu’est-ce donc ? Il s’agit donc de chlorure de magnésium, qui, selon le site nigari.fr, est un sous produit de la fabrication sel dans l’eau de mer. Celui que j’ai trouvé chez Biocoop est issue d’une mine en Europe, découverte récemment, auparavant il fallait l’importer du Japon. Car la principale utilisation du Nigari est en fait de coaguler le lait de soja pour faire du tofu.

En mélangeant 20g (environ 2 cuillères à soupe rase) avec 1 L d’eau, on obtient donc de l’eau magnésienne. Celle-ci permet de palier les carences en magnésium, et est aussi recommandée en cas de fatigue, stress, pour stimuler le système immunitaire, et même, parait-il, contre les cheveux blancs !

Alors, mon verdict après presque un mois d’utilisation ? Niveau préparation, c’est simplissime, une bouteille en verre récupérée, de l’eau, une cuillère à soupe et ça se dissous super bien. D’ailleurs, utiliser du Nigari au lieu de gélules permet de sacrément réduire les emballages, entre le film plastique, la boite carton, et le support en métal des gélules, ça en fait des déchets en moins ! Niveau efficacité, je suis satisfaite, je pense que c’est tout aussi efficace que mes anciennes gélules. J’en prends environ 1/2 verre le matin, dans un jus de fruit, parce que le goût est très amer, ça surprend ! Je trouve même que depuis que j’en prends, j’ai moins de cheveux blancs, mais ça, c’est surement subjectif… 😉

Je vous le recommande donc si vous avez comme moi des soucis de carence, ou bien même en cure ponctuelle en cas de fatigue. Attention, comme le magnésium, une utilisation prolongée peut provoquer des diarrhées. Ce n’est pas vraiment à l’ordre du jour pour moi qui en consomme tous les jours, je suis blindée, mais méfiez vous si vous débutez une cure, il parait que la ou les première(s) journée(s) peuvent être un peu mouvementées niveau intestinal ! 😉

NatureLe hibou Petit Duc

Lors de nos vacances de printemps, alors que nous étions dans un gîte en plein milieu des champs, au moment d’aller nous coucher, nous avons entendu soudain un “bip” super fort qui semblait provenir des champs alentour. Au premier abord, nous avons cru que c’était une sorte d’alarme, peut-être en provenance des machines agricoles stationnées dans les-dit champs. N’écoutant que son courage, mon chéri est sorti voir d’où cela pouvait provenir. Oui, oui, dans le noir et en pleine campagne, courageux on vous dit ! Résultat : le bruit s’arrêtait quand il s’approchait d’un arbre dans le jardin… pour repartir de plus belle lorsqu’il s’en éloignait. Et puis soudain, quelque chose s’est envolé, et plus de bruit.

Ça m’a alors rappelé cette fois où, ado, je me promenais sur une route de campagne, avec ma meilleure amie, par une nuit de pleine lune. Soudain, un bruit étrange dans les champs à coté de nous. Et pourtant, rien en vue, alors que la pleine lune offrait une bonne visibilité. Le bruit semblait nous suivre, toujours sans que nous n’arrivions à distinguer quoi que ce soit dans les champs qui puisse le générer. Nous commencions à ne pas être très rassurées…Et soudain, le même bruit, venant de juste au dessus de nos tête… Je ne vous dit pas le retour à la maison de mon amie en hurlant et en courant à toute vitesse ! :p

Hé bien il semble que, dans ces deux histoires, j’ai fini par trouver le coupable : le hibou Petit Duc ! Je vous ai trouvé une vidéo de son cri, parce que, un oiseau qui fait un bruit qui ressemble autant à une alarme ou à un réveil, ça ne s’entend pas tous les jours !




Pour finir, un petit lien vers la page Wikipédia de ce petit farceur :p

NatureDu Gobi au Lifefactory

Vous vous rappelez peut-être de ma découverte du Gobi en arrivant dans ma boite actuelle : je trouvais que c’était une très bonne idée de proposer une gourde réutilisable pour prendre de l’eau dans les fontaines de l’entreprise, plutôt que des gobelets jetables. A tel point que j’en avais acheté pour chez moi, pour pouvoir boire dans le bureau et la chambre. Et comme je suis une enthousiaste, j’en avais même offert !

Mais il s’est hélas avéré que, malgré ce que vantait le site (neutre, sans BPA, etc), le Gobi présente un gros désavantage : son plastique ! Le fait qu’il soit en plastique fini par donner un goût à l’eau, dès que celle-ci y reste quelques heures. Pire, le goulot fini par sentir très mauvais au bout de quelques jours d’utilisation, et l’odeur ne part pas facilement au lavage, il faut parfois un trempage prolongé pour s’en débarrasser…

Après recherche sur le net, si on veut une gourde plutôt écolo, et qui ne donne aucun goût à l’eau, la matière idéale, c’est le verre. Il ne pollue pas autant que le plastique à la fabrication, le recyclage est bien plus facile, et c’est totalement neutre, 0 échange avec le liquide contenu, contrairement aux plastiques qui finissent toujours pas perdre des molécules dans le contenu avec le temps. Après recherche sur mon site d’e-commerce préféré, j’ai tout d’abord tenté l’achat d’une élégante gourde Miu Color :

miu

Elle est très jolie, et son manchon en tissu la protège efficacement des chocs. Seul bémol, le bouchon fait un petit bruit style “flasque à whisky” lorsqu’on l’ouvre, du plus bel effet si vous voulez avoir l’impression d’être un cowboy, mais assez gênant pour qu’on ne puisse pas l’utiliser dans une chambre en pleine nuit (ou au boulot, si on ne veut pas passer pour un alcoolique). J’ai donc continué mes recherches, et découvert la marque Lifefactory. J’ai testé le grand ;
life2
et le moyen avec paille :life1
Les deux sont de beaux objets, très solides. Le maillage en plastique assure une grande robustesse au verre, c’est du costaud, limite ça peut faire matraque si un cambrioleur vous attaque dans la nuit ;).

Le modèle avec paille est un peu tricky, il y avait des commentaires disant qu’il marchait mal, en fait il faut couper la paille en biseau avant la premiere utilisation, pour s’assurer qu’elle ne se colle pas au fond, et il faut ouvrir l’embout au max, sinon le système anti fuite empêche d’aspirer. Mais une fois ces précautions prises, il marche très bien. Le modèle avec bouchon “flip” est un peu bizarre par contre, l’embout est assez petit, trop pour pouvoir y mettre une lèvre, mais si on le met entièrement dans la bouche on fait ventouse, et au bout d’un moment il n’y a plus d’air dans la bouteille et donc l’eau ne sort plus… Du coup, moi je bois avec l’embout à la verticale et ça passe mieux !

Les trois produits offrent effectivement une solution à mon problème : l’eau reste totalement sans goût, même au bout de plusieurs jours, et le goulot ne sent pas du tout ! J’économise même du temps et de l’eau, puisque je ne suis pas obligée de faire tremper/laver à grand renfort de produit vaisselle la gourde à chaque recharge… En plus, personnellement, j’aime le style des produits Lifefactory, je vais peut-être me laisser tenter par leurs boites de conservation en verre. En plus, le verre est fait par Saint-Gobain en France, ce qui peut expliquer sa qualité (même si niveau écologie, faire le trajet France pour le verre – US pour le plastique, sans doute en passant par la Chine, ce n’est pas optimal…).

J’ai aussi commandé une gourde avec paille pour remplacer le Gobi au boulot, et je vais maintenant tenter de convertir mes collègues ! :p

NatureUne montre solaire !

616cx2r7ESL._UY445_ Pour mon anniversaire (tant d’années ! on ne compte plus), j’avais demandé comme cadeau à Taz une montre qui se recharge grâce au mouvement : un collègue avec une Swatch comme ça, et je trouvais que c’était une très bonne idée : finies les piles hors de prix et polluantes ! Taz avait donc commandé sur amazon une très jolie Seiko Solar femme. Selon Amazon, je cite, “Pour le premier remontage de la montre, il faut la secouer pendant environ pendant deux bonnes minutes, jusqu’à ce que les aiguilles avancent normalement et sans à-coups”. Je m’attendais donc à devoir la secouer avant la première utilisation. Mais en bonne ex-rédactrice technique, j’ai lu le mode d’emploi avant de la secouer : bien m’en a pris, car le nom aurait du nous mettre la puce à l’oreille : cette montre ne se recharge pas du tout avec le mouvement, mais avec la lumière ! Je ne connaissais pas le principe, mais c’est bluffant : au bout d’une ou deux minutes, elle s’est mise en marche, et depuis, elle ne s’est pas arretée, même la nuit ! Le manuel indique que le temps pour la charger à bloc varie de 2h en plein soleil à ..180 heures sous les néons d’un bureau. Ça peut paraitre beaucoup, mais une fois chargée entièrement, elle peut tenir… 12 mois sans recharge ! Etant donné qu’il est peu probable, si on la porte, qu’elle passe 12 mois dans le noir, autant dire qu’une fois qu’elle a commencé à se charger, il y a peu de chances qu’elle s’arrete ! Du coup, c’est encore mieux qu’une montre qui se charge avec le mouvement, car contrairement à cette dernière, elle ne s’arretera pas le week-end si je ne la porte pas ! Si vous voulez plus de détail sur le fonctionnement, il y a une page dédiée sur le site Seiko. Je vous ai dit qu’elle est jolie, en plus ? 😀 Pour la petite histoire, j’ai contacté Amazon, et ils vont corriger la description, du coup… 😉